ADRESSE UTILE

Permanence  Parlementaire :

8 rue Alfred Mézières
54 400    LONGWY

Tél :  03 82 26 65 15

Recherche

Texte Libre

5 octobre 2012 5 05 /10 /octobre /2012 22:58

Nous autres, députés, n'avons sans doute pas pris la mesure des bouleversements introduits par les technologies nouvelles de la communication.

 
L'affaire des "pigeons" doit nous servir de leçon si nous voulons laisser à l'élaboration de nos textes de loi le temps, le sérieux et la rigueur nécessaires à leur propre crédibilité autant qu'à celles de leurs auteurs.


Certains diront bravo ! Le petit pigeon à vaincu l'aigle impérial. C'est toujours sympathique. De frais battements d'ailes vivifient utilement l'atmosphère lourde et poussiéreuse. Il faut être bon joueur et accepter le résultat, quelle qu'en soit la méthode. Même si la communication et les réseaux, qu'ils soient sociaux ou privés, ont ici pris le pas sur le fond du dossier.

D’autres, dont je fais partie, chercheront à tirer les conséquences de ce regrettable épisode. Des jeunes patrons habiles en communication et ayant des carnets d’adresses bien fournis ont réussi à se faire passer comme des pauvres victimes. Avant même que l’Assemblée Nationale n’ait tenu la moindre séance de travail, pas même en commission, le gouvernement a pour le moins donné l’image de reculer.

La loi doit-elle s’écrire en fonction du nombre de « j’aime » recueillis sur la page d’un réseau social ?

Doit-elle se faire sous la pression de la rue, de la presse, ou des internautes ?

Une dizaine d’énormes manifestations de salariés contre la réforme des retraites ont été organisées. Elles n’ont eu aucun effet. En quelques heures, un bon slogan, une excellente communication et de nombreux relais, ont permis à un escadron d’habiles entrepreneurs d’accréditer l’idée que l’esprit d’entreprendre, l’investissement de leur argent, la pertinence de leurs idées, donnaient à ces gens le droit de payer moins d’impôts sur la revente de leurs modestes paquets d’actions, que les salariés qui ont valorisé le prix de ces mêmes actions…

Dans cette affaire, le fond comme la forme donnent à réfléchir.

Partager cet article

Published by Christian Eckert
commenter cet article

commentaires

LLATY 17/10/2012


Bravo pour votre combat pour la taxation des oeuvres d'art, mais pourquoi tant de difficultés alors que cela relève du bon sens et de la notion de justice que vos collègues socialistes prétendent
incarner !

Mirabelle 22/10/2012


"L'essentiel" me dites-vous Gérard... Lisez donc le rapport Gallois! Pigeons, vautours et autres noms d'oiseaux n'y changeront rien. Votre aveuglement idéologique (rance je le répète!) conduit le
pays à la catastrophe. Quand je vois votre président commencer à comprendre qu'il faut qu'il fasse du Sarkozy pour relever l'économie, je me poile! Le PS c'est toujours une page d'histoire de
retard, avec la démagogie et le cynisme en habit de lumière. Dans 5 ans, Gérard, ce n'est pas moi qui vous embêtera le plus mais vos amis à gauche qui vous reprocheront d'avoir fait une
"politique de droite"! Ca s'appelle la schizophrénie.

Paillard Antoine 22/10/2013


Mr Eckert, 


Je vous souhaite un jour de pouvoir vivre l'experience de la création d'entreprise. Vous comprendrez sans doute beaucoup de chose. Vous avez malheureusement le pouvoir d'interrvenir dans ce monde
que vous ne connaissez pas. Croyez moi, vous nous faites beaucoup de mal. 

pierric 22/10/2013


Monsieur le député


Ce que vous êtes en train de vouloir faire passer à l'assemblée revient totalement sur les promesses de votre /notre président. Ceux que vous appelez des vautours sont en réalité les seuls qui
sont à même de créer des emplois productifs pour sortir la France de la crise.La taxation des plus values pour les entrepreneurs  ne doit pas être confiscatoire or elle le devient quand on
sait compter  correctement,  sans oublier comme certains de vos collègues d'y integrer les prelevements sociaux à (aujourd'hui) 15,5% % taux à lui seul déjà supérieur au taux global
d'imposition des plus values chez  certains de nos voisins européens.


Quand vous aurez démotivé tous les actuels entrepreneurs, les jeunes ( futurs entrepreneurs), et les étrangers d'investir en France, qui nourrira un secteur public pléthorique  très couteux,
incapable de se reformer, avec des regimes speciaux iniques par rapport au secteur privé.


Ne croyez vous pas qu'au nom de l'égalité et de la justice qui vous tiennent tellement à coeur, il faille plutôt remettre à plat toutes ces inégalités de traitement entre les français , sans
oublier les cumuls de mandats dont certains de vos confrères ont tant de mal à se débarraser, ou les régimes de retraite de nos élus français et européens?


C'est là que se situe le ferment de la fracture sociale française, de plus en plus visible, et faisant les choux gras des paris extrêmistes, beaucoup plus que dans la volonté par un entrepreneur
de mettre en risque tout son capital, ses biens, sa santé , sa vie de famille, pour esperer un jour s'il a réussi à échapper aux concurrents, aux crises économiques  ou monétaires,aux
banques, à l'Urssaf, au fisc etc.... tirer les fruits de son travail et des risques pris.


Où sont les vautours??


la confiance dont parle votre president disparait chaque jour un peu plus  par la faute de ces remises en causes sournoises d'accords obtenus par la négociation constructive entre nos
gouvernants et nos entrepreneurs. Elle sera très dure à reconstruire.


Donnez moi aujourd'hui une seule bonne raison pour un français un peu ambitieux, de créer une entreprise en France ? La motivation à entreprendre et créer des emplois ne se décrète pas, elle se
suscite, s'entretient. Comme disait ma grand -mère directrice d'école "on ne mène pas les chiens à la chasse à coups de batons"


Un peu de bon sens et de psychologie seraient bienvenus afin d'éviter de monter les français les uns contre les autres.


Je suis à votre disposition pour en parler plus longuement si vous avez eu le courage de me lire jusqu'au bout.


Avec mes salutations distinguées;

for more information 29/09/2014

The internet and virtual world is taking most part of our daily lives and I appreciate the content you have here to aware the people about the possibilities in the near future. Soon we will write the law on the Internet is a good read and I will visit again.

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog