ADRESSE UTILE

Permanence  Parlementaire :

8 rue Alfred Mézières
54 400    LONGWY

Tél :  03 82 26 65 15

Recherche

Texte Libre

21 octobre 2012 7 21 /10 /octobre /2012 20:38

Après une semaine bien chargée, et un (petit) temps de repos, la reprise se fait demain à l'Assemblée Nationale où la Commission des Finances se penchera à 14 heures sur le sort du Crédit Immobilier de France, avant que la séance ne reprenne dès 16 heures pour achever l'examen de la première partie du budget 2013.

  

Ce blog a connu une forte audience ces derniers jours, et a été souvent relayé dans le débat politique. Beaucoup y ont vu de l'irritation de ma part, sur le degré de "liberté" laissé aux parlementaires. Il est vrai que l'affaire des "pigeons" et quelques autres dossiers (ISF oeuvres d'art, redevance audiovisuelle...) ont pu donner le sentiment que l'Assemblée Nationale ne compte pas beaucoup pour le Gouvernement. Il n'y a ni blues, ni colère, chez le rapporteur général du budget... Il s'agissait pour moi de pointer des dysfonctionnements, et surtout de ne pas les reproduire. J'espère que cela nous servira collectivement de leçon.

  

Cette semaine, j'ai aussi, peut-être un peu à cause de la fatigue, eu plusieurs altercations assez vives en séances. D'ordinaire assez calme et placide, je me suis lâché contre Nathalie Kusciusko-Morizet, Xavier Bertrand et quelques autres... Il est difficile d'encaisser sans broncher du lundi 3h de l'après-midi au vendredi 3h du matin, les postures et la mauvaise foi de certains députés qui ternissent l'image des parlementaires :

 

Concernant NKM, sa façon de faire frise l'incorrection. C'est ce que j'appelle la "technique de Lourdes" : faire des apparitions. Pour sa première intervention, elle était arrivée cinq minutes avant de parler, était repartie cinq minutes après, sans même attendre la réponse venue du bas de l'hémicycle. Elle est réapparue, beaucoup plus tard, juste au moment de l'étude de l'article relatif aux "pigeons". Je n'ai pu m'empècher de penser que son intérêt sur ce sujet pouvait être lié à son entourage familial. Beaucoup le pensaient, moi je l'ai dit ! Sans doute n'était ce pas une bonne idée, car cette seconde apparition serait sans doute passé inaperçue sans ce petit incident.

 

Adepte aussi de la provocation, Xavier Bertrand utilise une technique bien connue : lui, c'est le parfait "bonimenteur", mais sans la partie "boni" : Il intervient pour soutenir un de ses amendements, qui propose ni plus ni moins, sans explication et sans détail, de supprimer ex-abrupto 500 Millions d'Euros de crédits aux collectivités locales. Je lui répond ironiquement, qu'il avait du réfléchir et réduire ses ambitions puisqu'en commission, il soutenait le même type d'amendement, mais à hauteur de 750 Millions... Véxé, il affirme haut et fort, plusieurs fois, en me coupant sans cesse la parole, que les deux amendements étaient identiques. Ayant à coeur de défendre mon travail (et surtout celui de mes administrateurs) je lui ai produit immédiatement les documents prouvant son erreur... Bien sûr que je n'aurai pas dû lacher tout haut... "menteur" !

 

Quoique...

Partager cet article

Published by Christian Eckert
commenter cet article

commentaires

LOUIS 23/10/2012


Bonjour Monsieur,


vos commentaires sont assez étonnants, parfois violents lorsque vous vous en prenez aux lobbies.


Vous parlez souvent des entreprises, des chefs d'entreprises mais avez-vous seulement connaissance du fonctionnement de ces dernières ?


Vos propos récents relatif à la fiscalité, au frère de NKM sont surprenants. Détestez-vous à ce point tout ce qui de près ou de loin peut contribuer au redressement de ce pays. Pierre KM n'est
pas plus ou moins méritant que vous, il participe à la vie de la Cité, a cédé son entreprise pour investir dans d'autres. Il n'attend rien de personne si ce n'est de lui pour savoir s'il est
capable ou non de mener à bien un projet.


C'est tout ce qui anime un certain nombre d'entre nous, jeunes dirigeants d'entreprise qui ne comprenont pas cette agressivité permanente à notre encontre.


Nous sommes à votre disposition Monsieur pour vous recevoir dans nos entreprises, afin que vous mesuriez les enjeux de ce que vous votez. Nous n'avons pas assez de représentant du monde de
l'entreprise à l'Assemblée Nationale par manque de temps mais aussi par lâcheté: nous payons cotisations sociales et impôts divers et variés sans demander de comptes quant à ce qui en est fait,
c'est un tort. Nous sommes beacoup plus regardant avec nos fournisseurs!


Je crois en revanche qu'en sortant de postures politiques entendues (de droite comme de gauche) nous aurons une chance d'aider notre pays, le reste n'est que du cinéma.


Je vous prie de croire Monsieur à l'assurance de ma considération distinguée.

Gérard 25/10/2012


Veuillez bien Mr le Député, accepter mes excuses d'utiliser votre blog pour ce "cri" qui ne sera pas une diatribe enflammée contre la droite (bien que !). Mais
enfin qu'est-ce donc que cette opposition qui se veut responsable ,qui se "vautrant" avec délices malgré une perfidie à peine dissimulée dans des arguties d'une autre
époque.Il est vrai que nombre d'entre eux ont grassement profités des largesses de la République .Au nom de tous les Françaises et les Français fatigués d'un " cinéma " dont
ils se detournent,je lance un appel solennel à ces élus pour qu'ils se mettent enfin au travail en contribuant au redressement du Pays qu'ils ont conduit au
bord de l'abîme ,au lieu de ne faire que du petit spectacle de très mauvais goût à nos frais . Un minimum de décence de leur part serait la bienvenue ,au lieu du mépris
affiché non seulement à l'égard d'Elus de la Nation qu'ils se permettent de traiter d'amateurs ,alors que tous les membres du Gouvernement (et c'est une première!)sont des Élus de la
Nation .Qu'ils aient au minimum le respect des Institutions de la République ! Ses Institutions  sont là ,pour recadrer le cas échéant les manquements éventuels, en
"rajouter" est non seulement inutile mais grotesque!L'état du Pays ne permet plus que ni les uns ni les autres "s'amusent" en bons mots,bien que j'approuve la majorité d'appliquer la
loi du talion lorsqu'elle est inutilement villipandée." Scributur ad narradum ,non ad probandum."

alphonse 27/10/2012



(ceci se passe de commentaires…je cite ma source quand vous voulez)


la demie-part consentie aux divorcées ou veuves a été remise en question le 30 décembre 2009 (loi Zarkozy). Mon impôt sur le revenu était de 160 euros pour l’année 2011 et passe pour 2012 à 420
euros; ce qui fait presque 150% d’augmentation. Il faut que cela se sache ! Pour 2013 il y aura encore une augmentation et pour 2014 il n’y aura plus qu’une part… Mon revenu n’a pas augmenté. A
74 ans j’ai travaillé 41 ans et lorsque j’entends que l’impôt sera augmenté à 75% pour les plus fortunés qui se plaignent. Je serai ravie d’être dans cette tranche d’imposition… Si l’hiver
prochain est froid, je serai comme beaucoup à devoir choisir entre me nourrir ou me chauffer. Cela suffit ces injustices. Je sais bien que c’est la crise et que tout le monde doit participer.
Je ferai donc une proposition : il faut plus de tranches pour le calcul de l’impôt sur le revenu.
Il faut aussi d’urgence séparer les banques d’affaires et les banques de dépôts. Ce qui avait été promis, comme beaucoup d’autres choses. Le Ministère des finances a une façon particulière de
traiter les citoyens et je pense qu’une lettre explicative adressée aux personnes concernées aurait été une bonne chose. J’ai milité plus de 20ans dans vos rangs et déjà en 1981 nous avons eu
quelques déceptions. Je pense qu’il ne faut pas pousser les gens à bout. Je suis inquiète de finir ma vie ans la pauvreté, que j’ai connue après la guerre. Les tickets d’alimentation ont été
maintenus jusqu’en 1946 et ma génération a connu des manques, ce que je paie maintenant car ma santé n’est pas très bonne. Salut et Fraternité. Gisèle

seb 27/10/2012



Monsieur le député,



Merci tout d’abord pour ce blog, intéressant et instructif. J’apprécie beaucoup votre investissement et votre liberté de ton – surtout, ne changez rien ! C’est précisément ce que j’attends
d’un député ! – au sein de l’Assemblée Nationale. Quelques questions :  



*La première concerne la loi organique sur le TSCG. J’ai remarqué, lors de la présentation du texte (des précisions ont-elles été apportés depuis ?) que celle-ci ne définissait pas ce qu’est
 « grave récession » (vs à une récession classique), ce qu’on sous entendait par « moyen terme » (un an ? Cinq ?) Ou ce
que signifiait l’expression « circonstances exceptionnelles » ?



Définir ces notions semble nécessaire. Si le Législateur ne le fait pas, d’autres le feront pour lui. Au reste, le Parlement doit savoir précisément ce que revêtent ces notions  pour éviter à la France des poursuites judiciaires ou une éventuelle « tutelle » par la troïka. Si demain, le Gouvernement ou le Parlement, souhaite
s’appuyer sur les « circonstances exceptionnelles » pour se défaire des impératifs du traité, il serait bien que nos Institutions sachent à quoi le traité fait référence ! Et donc
en définissent les notions !



Par ailleurs, quelles missions pour le HCFP ? Quand ce dernier est il censé rendre ses avis ? En amont ou en aval du débat budgétaire ? Peut-il être auditionné par le
Parlement ? Ou faire un audit sur l’impact budgétaire de mesures votées ? Au sein des lois de finances, annuelles, rectificatives ou de la simple activité
législative ?



Et quelle définition de la dette ? Si les lois des finances actuelles occultent du décompte de la dette, les dotations au MES, FESF…) il n’en va pas de même pour les acteurs éco, financiers.
Quelle crédibilité pourrait bien avoir la France, si elle se trouvait dans les clous des traités mais avec un endettement massif « officieux » ?



*Ma deuxième interrogation concerne la « délibération » de la BCE (datée du 06/09/12) l’autorisant à racheter des titres obligataires étatiques, à moins de trois ans, de façon
illimitée.



Par cette mesure, la BCE ouvre les vannes à liquidités au détriment des contribuables, notamment Français. Or, la BCE a déjà plus de 200 Md€ en stock d’obligations grecques, espagnoles et
italiennes, 1 000 Md€ de créances sur des banques en grandes difficultés. Et les traités prévoient que ce sont les États qui doivent la recapitaliser !



Outre l’aspect évidemment inconstitutionnel d’une telle mesure, je m’inquiète vivement pour nos finances publiques ! Quand le Gouvernement – ou le Parlement – compte t il déposer un recours
en annulation ?


http://www.hervecausse.info/La-decision-de-la-BCE-du-6-sept-2012-sera-t-elle-attaquee-devant-la-Cour-de-Justice-de-l-Union-europeenne_a738.html



*Ma dernière interrogation concernera les moyens de résoudre la « réguler » la finance.



 

pitos 12/11/2012


Cette femme se nomme Kościuszko,erreur de frappe,comme quoi...La fatigue.J'écoute un débat entre messieurs Jean Michel Baylet et Bruno Lemaire
sur le cumul des mandats,une solution pour vous peut être?

Je trouve ça vraiment bien que l'on puisse s'exprimer sur votre blog,je efforcerai d’être courtois.

Vous êtes sensés être des gens intelligents,vous repérez les menteurs.La personne qui intervient sait qu'elle ment,elle sait aussi que quelqu'un va dénoncer son mensonge.Alors quel est le but?Ou
alors cet individu pense que vous êtes des demeurés,que vous n'allez rien remarquer ou alors le menteur est un demeuré.Vous me faites peur.


Mardi 15 juin 2010,votre intervention sur le cumul des mandats.Avez-vous l'intention de réagir sur le rapport Jospin 2012?J'écrirai à ce moment là ou sur cette page si vous pensez avoir tout
dit.Mes respects!

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog